Messe des veilleurs et l’Avent des enfants

Viens te préparer à célébrer la naissance de Jésus à Noël

« Veillez donc, car vous ne savez pas quel jour votre Seigneur vient »
(Mt 24, 34-44)

1ère Messe des veilleurs :  samedi 8 décembre (7h30 église de Challans)

Tous les enfants et leurs parents invités à vivre cette matinée de l’Avent. 

« Nous sommes appelés à élargir l’horizon de notre cœur, à nous laisser surprendre par la vie qui se présente chaque jour avec ses nouveautés », a exhorté le pape François ! En ce premier dimanche de l’Avent, qui marque l’entrée de l’Église dans une nouvelle année liturgique, et « un nouveau chemin de foi pour le peuple de Dieu », le Saint-Père a invité les croyants à vivre ce temps de préparation avant Noël, comme un nouveau « temps d’espérance », une espérance « vraie », fondée sur « la fidélité de Dieu et le sens des responsabilités ». Ses trois mots d’ordre : « Vigilance », « Sobriété » et « Disponibilité », pour « être prêts » à « ne pas résister  » quand le Seigneur « vient changer nos vies », prêts à « Le laisser nous rendre visite, en hôte attendu et bienvenu même s’il bouleverse nos plans ». (Cf. Aleteia – Novembre 2016)

Au programme :

  • messe des veilleurs à 7h30
  • petit déjeuner fraternel offert par la paroisse

    • temps de catéchèse sur l’Avent
  • conte de Noël
  • chants de Noël
  • activité créatrice sur Noël.

Quelle belle occasion de prendre du temps pour Jésus, avec Jésus, de vivre une expérience spirituelle. Ce temps de l’Avent est un temps de veille, d’attente qui nous prépare intérieurement à accueillir Jésus, et qui nous appelle à la conversion. Ne tardons plus, ouvrons notre coeur, et laissons nous envahir de l’amour de notre Seigneur Jésus-Christ.

Bon temps de l’Avent !


Ne tardons plus, ouvrons notre cœur, et laissons nous envahir de l’amour de notre Seigneur Jésus-Christ.


Heureux tous ceux qui attendent le Seigneur !
 

Messes des veilleurs : 8, 15, 22 décembre 2018 à Challans (et le 15 décembre à Commequiers)

Message du Pape François : Vivre l’Avent, c’est opter pour l’inédit

Savoir vivre dans l’attente

Quand nous laissons le Seigneur pénétrer notre cœur, la vraie nouveauté arrive. le Pape rappelle ces propos de Don Tonino : vivre l’Avent, c’est «opter pour l’inédit». Les hommes ont tendance à toujours vouloir des choses nouvelles car nous sommes nés pour de grandes choses, affirmait le prélat. C’est la promesse du Père, «le Dieu des surprises», poursuit Le pape. Mais pour accueillir le Seigneur, encore faut-il «se montrer disponible à changer nos plans».

Il ne faut pas «vivre d’attentes», qui ne pourraient ne pas être comblées, mais «vivre dans l’attente, c’est-à-dire désirer que le Seigneur nous apporte de la nouveauté». Mais il faut savoir attendre. C’est un beau et joyeux moment, assure le Pape. Une joie dont les chrétiens doivent témoigner, non pas en restant «les mains dans les poches, mais actifs dans l’amour». La vie devient alors «de grandes fiançailles». Le Pape répète que «Nous ne sommes pas seuls (…) Dieu nous rend visite dans nos vies et attend d’être avec nous pour toujours.»

Suivre les routes inédites du Seigneur

La vie est pleine de peur affirmait Don Tonino : la peur de l’autre, de ne pas y arriver, de la violence, de ne pas être accepté, que nos actions soient inutiles, de ne pas trouver de travail. À ce scénario angoissant, l’Avent réplique par «l’Évangile de l’antipeur», expliquait l’évêque cité par le Pape François. Alors que ceux qui ont peur sont à terre, le Seigneur les soulage en deux paroles : «Redressez-vous et levez la tête» (Luc, 21,28). Si la négativité pousse à regarder parterre, Jésus nous invite à lever les yeux au ciel. «Nous ne sommes pas fils de la peur, mais de Dieu».

Le Pape nous invite invite à prendre le large. «Le Seigneur nous appelle à nous risquer en pleine mer. Il ne souhaite pas que nous soyons contrôleurs de port ou gardiens de phare, mais des navigateurs confiants et courageux qui suivent les routes inédites du Seigneur, jetant les filets de la vie sur sa Parole». Le Pape pousse à rejeter la paresse et la peur en vue de se sauver soi-même, car «ce n’est pas une vie chrétienne». Il faut agir. «Nous ne sommes pas faits pour des sommeils tranquilles mais pour des rêves audacieux», visant à tendre sa main vers son frère et la «consolation que l’on saura offrir mettra fin à nos peurs».

Source : Vaticannews

2018-2019 invitation messe des veilleurs

Partager cet article